Reseau IPAM AEC France Aitec Amorces Cedetim Cedidelp Echanges et Partenariats
  
logo du cedetim

Index des Auteurs

Plan du site

Cedetim > Publications > Le Bulletin du Cedetim > A la Une


Cinquantenaire d’un crime d’Etat
Par Emmanuel Terray le 1er octobre 2011

Nous allons commémorer dans quelques jours le cinquantième anniversaire d’un crime d’Etat : le massacre du 17 octobre 1961. Les plus âgés d’entre nous se rappellent les faits : le 5 octobre, Maurice Papon, Préfet de Police décrète un couvre feu visant tous les « Français Musulmans » de la région parisienne. Pour protester contre cette mesure raciste, la Fédération de France du FLN organise le 17 octobre une manifestation pacifique à laquelle participe des dizaines de milliers d’Algériens, dont beaucoup viennent avec leur famille. Cette manifestation est l’objet d’une répression sauvage : des centaines de manifestants abattus par arme à feu, battus à mort ou noyés dans la Seine ; des milliers d’autres seront blessés et laissés sans soins ; les autorités annonceront au total onze mille arrestations.

Qu’il s’agisse d’un crime d’Etat, personne ne peut plus en douter. Le Préfet de Police Papon a organisé le massacre de concert avec le Ministre de l’Intérieur de l’époque, Roger Frey, et leur action n’a jamais été désapprouvé ni par le premier ministre Michel Debré, ni par le Président de la République, le Général de Gaule. Il ne s’agit donc pas d’une bavure ou d’un dérapage mais d’une décision politique délibérée et assumée par les plus hauts sommets de l’Etat.

Depuis 50 ans, non seulement ce crime d’Etat est resté impuni, mais il n’a même pas été reconnu par les pouvoirs publics qui se sont longuement efforcés de le dissimuler. Jugé pour ses activités sous l’Occupation, Maurice Papon n’a jamais eu à rendre compte de la partie « algérienne » de sa carrière criminelle, à Constantine et à Paris.

Il est temps que prenne fin ce silence complice. En 1996, Jacques Chirac s’est honoré en reconnaissant la part prise par l’Etat français à la déportation des Juifs durant l’occupation et chacun sait que cette reconnaissance n’a nullement porté atteinte à la réputation de notre pays, bien au contraire. Il en est de même pour le 17 octobre : la France se grandirait en reconnaissant sa responsabilité dans ce crime colonial et elle manifesterait ainsi sa volonté de rompre à jamais avec un passé dont les traces subsistent aujourd’hui encore dans les esprits et dans les pratiques.





Autres articles publiés à la Une
A la Une du BULLETIN du CEDETIN n° 014
Ce bulletin n° 14, d’automne 2013, est le dernier de la série commencée en 2009, qui succédait aux parutions périodiques antérieures du Cedetim. Elle reprenait les articles marquants écrits ou signalés par les membres du Collectif Cedetim se rapportant aux rubriques retenues.
L’interruption est due à de nécessaires mesures budgétaires et d’organisation. Une autre formule du bulletin lui succédera sans doute, qui, le temps venu, visera à répondre à son tour au plus près aux interrogations et préoccupations des membres Cedetim, IPAM, et autres militants, en ce temps de complexité croissante d’une mondialisation accélérée, où l’ancien résiste encore tellement à l’aspiration de plus en plus partagée pour un autre monde .
le 31 octobre 2013

Commentary No. 356, July 1, 2013
The now persistent uprising in Turkey has been followed by an even larger uprising in Brazil, which in turn has been followed by a less noticed, but no less real, uprising in Bulgaria. Of course, these uprisings were not the first but merely the latest in a truly worldwide series of such uprisings in recent years. There are many ways to analyze this phenomenon. I see them as the continuing process of what started as the world-revolution of 1968.
To be sure, every uprising is particular in its details and the internal rapport de forces in each country. But there are certain similarities that should be noticed, if one is to make sense of what is going on and decide on what we all, as individuals and as groups, ought to do.
Par Immanuel Wallerstein le 11 juillet 2013

A la Une du BULLETIN du CEDETIN n° 012
Il est encore tôt pour dresser un bilan exhaustif du FSF qui s’est déroulé à Tunis du 26 au 29 mars, mais il ressort déjà que cela a été un grand succès. La participation populaire de Tunisie, des pays de la région et du reste du monde, l’atmosphère à la fois studieuse et festive, la qualité des interactions et des débats, tout (ou presque) était au rendez-vous. Cela regarde bien en tout cas pour l’avenir du FSM pour les prochaines années...
Par Pierre Beaudet le 19 avril 2013

A la Une du Bulletin 011 du CEDETIM
Si on a choisi d’emblée un titre en référence au "discours" dérisoire et injurieux de Dakar, c’est que le présent chaudron malien appèle à l’inverse une double réflexion et plongée historique : celle sur les indépendances africaines calquées sur la colonisation et qui focalisent actuellement les tensions géopolitiques mondiales, celle dans une vision encore plus large de l’histoire, qui peut éclairer la construction d’un meilleur équilibre pacifique et durable. Le tracé des frontières (...)
Par Michel Levante le 11 février 2013

Vous trouverez dans cette parution du Bulletin du Cedetim une sélection de textes retenue par le Collectif, comme à chaque fois.
Mais ce dixième numéro vous apportera également des précisions, que nous vous invitons à partager, sur différentes initiatives qu’organise le Collectif, seul ou non autour de trois dates : Cette fin de semaine - du vendredi 16 au dimanche 18 novembre - , la Rencontre méditerranéenne de femmes Regards croisés de femmes en lutte Chemins vers un féminisme sans frontières ; Le (...)
le 15 novembre 2012

La séquence électorale française s’est achevée avec l’élection d’une majorité absolue pour le groupe du Parti socialiste à l’Assemblée nationale (295 députés sur 577). La campagne législative a été brève, sans relief et terne ; c’est largement dû à l’inversion du calendrier électoral effectué par Lionel Jospin en 2000 et à la présidentialisation de la vie politique. François Hollande a battu Nicolas Sarkozy au deuxième tour avec 1 140 1000 voix d’avance (51,63% contre 48,37%), un faible écart au final s’il est comparé au rejet des sortants dans toutes les dernières élections européennes.
Par gilles lemaire le 3 juillet 2012



Agenda des Initiatives de Solidarité Internationale

Les rubriques du Bulletin

L'agenda IPAM de la solidarité internationale est sur  http://agenda.reseau-ipam.org

Liaison RSS Ecrire au webmaster CEDETIM 21ter, rue Voltaire 75011 Paris, France - 01 43 71 62 12 -  cedetim@reseau-ipam.org  -  http://www.cedetim.org  sous SPIP 3.0.16