Reseau IPAM AEC France Aitec Amorces Cedetim Cedidelp Echanges et Partenariats
  
logo du cedetim

Index des Auteurs

Plan du site

Accueil > Thèmes et Chantiers > Maghreb Machrek > Initiatives & luttes > Jasmin des Peuples > Archives > Missions en Tunisie

Retour de Tunisie : révolution du jasmin ou révolution des cactus
Par gilles lemaire le 24 avril 2011

Télécharger :
-  Retour de Tunisie : révolution du jasmin ou révolution des cactus
    Fichier PDF,40.6 ko

Retour de Tunisie : révolution du jasmin ou révolution des cactus [1]

Je reviens d’un bref séjour de 4 jours en Tunisie délégué par Attac France dans le cadre du comité de suivi élargi du forum social maghrébin, qui s’est réuni les 22 et 23 avril. Les impressions décrites ci-dessous doivent être relativisées par la brièveté du séjour. Cette réserve est à prendre en compte, mais j’ai confronté mes impressions aux analyses de militantEs de l’ ’Association des Femmes démocrates, de la Fédération des tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR) ou de la Ligue tunisienne des droits de l’homme.

l’impatience et la déception du peuple

Avant la réunion du comité de suivi durant deux jours nous avons rencontré les habitants, notamment syndicalistes, paysans et jeunes du centre de la Tunisie où se sont déroulés les premières manifestations et où les premiers martyrs sont tombés : à Thala, Fériane, Gafsa, Redeyef et Sidi Bouzid, la même impression se dégage.

Le peuple est impatient et déjà déçu pour deux types de raisons :

  • le taux de chômage réel est de 30 à 40%, parfois dans ces régions plus de 60% pour les jeunes, les chômeurs diplomés, des problèmes cruciaux sont là : accès à l’eau, routes, centres de santé manquent,... et rien ne change ! - Les responsables des assassinats de jeunes, snipers identifiés, ne sont pas poursuivis et jugés. La venue à Gafsa du ministre de l’Intérieur a provoqué de violents réactions. La police et l’appareil judiciaire sont encore souvent sous la responsabilité d’anciens RCD. Aussi l’impression populaire est qu’à Tunis, ils se désintéressent des régions éloignées de Tunis, ce qui explique les discours violents que nous avons entendu « s’il faut de nouveaux morts contre le gouvernement en place, nous y sommes prêts, nous referons la révolution ».
    Voir la vidéo : http://openfsm.net/projects/maghreb-mashrek/video-du-20-et-21-avril

Des nombreuses discussion avec les militants politiques et associatifs tunisiens, engagés de près dans le processus politique de préparation des élections de l’Assemblée constituante, qui auront lieu le 24 juillet, se dégage le constat qu’ils sont conscients des risques de cette situation, mais qu’ils ne savent comment réagir. De plus ils sont très pris du point de vue du temps par la construction du champ politique, par les débats entre partis et par les réunions du Conseil de l’instance supérieure pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique (ISPOR) [2], qui a tenu sa première réunion, le 17 mars 2011. Et donc trop souvent ils restent à Tunis et quand parfois certains se déplacent, ils sont boycottés voir bousculés par la population qui n’a pas confiance en eux.

Cette rupture entre les partis et le mouvement syndical et populaire dans les régions que nous avons visitées est inquiétante. Il est certain que le gouvernement provisoire n’a pas les moyens de politiques ambitieuses, que la révolution n’a eu lieu qu’il y a trois mois mais cette impatience et ce désarroi peut laisser libre la voie à des forces démagogiques voire autoritaires.

Le procès de Gafsa

Jeudi 21 avril, Mohiedine Cherbib passait en procès à Gafsa. Il avait été condamné par contumace en 2009. Nous sommes allés manifester devant le tribunal (voir l’annexe 4)

Préparation du forum social Maghreb Machrek

Vendredi 22 et samedi 23 avril, près de Tunis s’est réuni le comité de suivi élargi du forum social maghrébin. Plusieurs décisions ou confirmations importantes ont été prises en présence de 85 participants représentants 16 pays et 50 organisations syndicales et associatives :
- la deuxième édition du Forum social maghrébin sera élargi au Machrek et aura lieu à Tunis à priori début mars 2012 (à confirmer)

  • la proposition du comité de suivi aux instances du FSM est que le forum mondial prévu sur la Palestine se tienne en Egypte plutôt qu’au Brésil. - Un texte d’appel sur les questions d’immigration à la lumière des révolutions dans les pays arabes a été adopté (voir annexe 5)

En guise de conclusion

La révolution tunisienne n’est pas terminée ; l’échéance électorale du 24 juillet 2011 sera déterminante sur le plan politique :
- elle permettra d’apprécier la force réciproque et le positionnement des différents partis et des coalitions qui vont obligatoirement se former vu l’éclatement du champ politique.

  • les mois suivants permettrons de constater où se situe le point d’équilibre du parti islamiste Ennahdha et son influence (les estimations vont de 30 à 40%) Ennahda, comme d’ailleurs tous les partis, est traversé de courants différents mais affirme son respect du processus révolutionnaire, du code du statut personnel (l’un des plus favorables aux femmes venant de l’époque Bourguiba) - mais l’important est d’aider les organisations du mouvement social à se constituer, par exemple d’aider Raid-Attac-CADTM (j’ai regretté l’absence de tout membre de Raid-Attac à la réunion du comité de suivi ! et je n’ai pu rencontrer Fathi) ou l’émergence d’un syndicat paysan (avec un membre présent du secrétariat de la Confédération paysanne et Mouhiédine Cherbib de la FTCR, j’ai rencontré des groupes de paysan et débattu de l’aide que nous pouvions apporter) Il ne faut pas oublier que la sortie de la dictature est toute récente, que le régime de Ben Ali interdisait toute expression politique dissonante et pénalisait l’apparition d’organisations autonomes. Le manque de cadres associatifs et politiques est donc immense.

La révolution tunisienne a donné le signal aux peuples du monde arabe (Egypte, Libye, Syrie, Yémen,...) mais pas seulement à eux (Burkina Faso,...) que tout était possible quand la peur disparaissait et que le peuple prenait ses affaires en mains. Ces révolutions vont profondément, même si c’est lentement, changer plusieurs perceptions dans le monde occidental et notamment en France : la démocratie et l’aspiration à la liberté ne sont pas des valeurs occidentales, ce sont des valeurs universelles, la guerre des civilisations est une connerie aussi énorme que celle de la fin de l’histoire ! Les peuples du monde arabe [3] montrent qu’ils sont en mesure d’ouvrir d’autres chemins entre les régimes intégristes et les dictatures.

Choukran au peuple tunisien !


Annexes :
1- Point sur le processus révolutionnaire du point de vue institutionnel
2- Composition initiale du Conseil de de l’instance supérieure pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique (ISPOR)
3- Premières décisions de l’ISPOR
4- Communiqué FTCR-CRLDHT sur le procès de Mohiedine Cherbib
5- Appel sur les migrations adopté lors de la réunion du comité de suivi élargi du forum sociale maghrébin


[1Le terme de révolution du jasmin a été utilisé par beaucoup de journalistes en référence à la révolution pacifique des oeillets en 1974 au Portugal ; les cactus dans le centre de la Tunisie sont partout, la région est peu arrosée, j’utilise cette image pour évoquer les difficultés de la révolution tunisienne.

[2Le Conseil de l’instance supérieure pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique est notamment chargé de préparer les élections à l’Assemblée constituante qui se dérouleront le 24 juillet 2011. voir les annexes 2 et 3

[3j’utilise cette formule plutôt que celle de peuples arabes à la demande d’amis marocains de l’ATMF pour respecter le désir des peuples berbères notamment




Autres Articles
Ben Ali a quitté la Tunisie pour se réfugier en Arabie Saoudite le 14 janvier 2011.
Une heure après son départ, le Conseil constitutionnel constatait l’application de l’article 56, qui en cas d’empêchement provisoire du président de la République lui permet de déléguer la plupart des attributions au Premier ministre.
Le lendemain 15 janvier en fin de matinée, le Conseil constitutionnel constatait la vacance définitive de Ben Ali et investissait le président de la Chambre des députés, Mr Fouad (...)
Par gilles lemaire le 24 avril 2011

Présidé par Yadh Ben Achour
Juriste tunisien, spécialiste des théories politiques islamiques et de droit public. Né dans une famille de lettrés, de magistrats et de hauts fonctionnaires de la haute bourgeoisie tunisoise, il a été doyen de la faculté des sciences juridiques de Tunis. Démissionnaire du Conseil constitutionnel en 1992, c’est un opposant au régime du président Zine el-Abidine Ben Ali. Il enseigne à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman.
Des 71 membres initiaux, (...)
Par gilles lemaire le 24 avril 2011

L’ISPOR a notamment défini le processus électoral qui doit conduire à l’élection de l »Assemblée constituante le 24 juillet 2011.
L’élection se fera au scrutin proportionnel de listes dans le cadre des 24 gouvernorats plus d’une région des émigrés (le principe du droit de vote avec la double nationalité a été reconnu aux émigrés tunisiens)
Les listes seront obligatoirement paritaires un homme une femme,.. ou une femme, un homme,..
Une commission nationale indépendante pour l’organisation des prochaines (...)
Par gilles lemaire le 24 avril 2011

Lors d’une audience du tribunal de Gafsa le 21 avril 2011, concernant l’opposition à la condamnation de notre camarade Mohiédine CHERBIB à deux ans et quinze jours de prison par contumace pour délits de solidarité avec le mouvement social du bassin minier de Gafsa – Redayef les juges ont prononcé l’acquittement.
La FTCR et le CRLDHT saluent cette décision courageuse des juges de Gafsa qui est un premier pas vers une justice indépendante et équitable.
La FTCR et le CRLDHT ont tenu à faire opposition (...)
Par gilles lemaire le 24 avril 2011

Les associations réunies dans le cadre du forum sociale Maghreb-Machrek les 22 et 23 avril 2011 en Tunisie ont examiné la question des migrations dans le contexte révolutionnaire dans le monde arabe.
Elles font le constat suivant : - l’exode du à la guerre de dizaines de milliers de migrants de différentes nationalités depuis la Libye vers l’Egypte et surtout vers la Tunisie, - l’émigration de 20 000 tunisiens vers l’Europe, permis par le refus momentané du Gouvernement tunisien de jouer les (...)
Par gilles lemaire le 24 avril 2011

Sur le Web, en lien avec le dossier Jasmin des Peuples

La page Facebook de l’Intercollectif de solidarité avec les luttes des peuples du monde arabe
Le Comité de Solidarité avec la lutte du peuple égyptien a été créé le mercredi 26 janvier 2011, au lendemain de la « Journée de la colère » en Égypte, sur la base des revendications de la rue égyptienne et arabe autour d’un cri unitaire : Le peuple veut la chute du régime !
Tout le monde devrait se réjouir de la contestation du régime répressif de Moubarak en Égypte. Mais la joie de voir la mise en place d’une véritable démocratie dans ce grand pays arabe est gâchée par une sombre perspective : la prise du pouvoir par les Frères Musulmans.
Dans le sillage de la Révolution du jasmin qui secoue la Tunisie, l’écrivain Abdellatif Laâbi livre à TELQUEL son analyse de la situation politique, économique et sociale du royaume. Le temps du réveil citoyen est arrivé.
Dossier constitué par Nadine Naber, Gema Martín-Muños, Asma Lamrabet sur le site de la LCR-La Gauche (Belgique).
La CSI a fait part de son soutien vigoureux à l’appel à la grève générale que l’opposition égyptienne a lancé aujourd’hui dans l’intérêt de la démocratie et des droits fondamentaux. Cette initiative de l’opposition fait suite à l’appel à la grève générale d’hier de la toute nouvelle centrale syndicale indépendante.
Deux clichés sont d’emblée discutés par cet Etat des résistances dans le monde arabe. D’abord, celui du « vide d’acteurs » civils et sociaux qui caractériserait les sociétés non démocratiques. L’autoritarisme, le militarisme ou les tiraillements des Etats de la région auraient pour corollaire mécanique la confiscation rédhibitoire de tout espace autonome de mobilisation citoyenne et de contestation sociale.
Les Attac du monde, réunies au Forum social mondial de Dakar, expriment leur soutien aux peuples tunisien et égyptien dans leur lutte pour la démocratie et la justice sociale.
Tribune libre publié dans l’édition du 10 février 2011, en soutien aux démarches de solidarité avec le peuple et la jeunesse d’Algérie.
Si les révolutions de 2011 réussissent, elles créeront un système régional et mondial totalement différents.
Après les embrasements tunisiens et égyptiens, chacun guette l’Algérie avec inquiétude ou impatience. Les Algériens n’ont pourtant pas attendu aujourd’hui pour se révolter. 200.000 d’entre eux y ont laissé la vie depuis 1991. Et cela fait longtemps que les jeunes occupent la rue et harcèlent le pouvoir.
Mamdouh Habashi est un militant de longue date. Ingénieur, il a commencé à militer dans les rangs d’un des groupes issus du parti communiste egyptien, parti très puissant jusqu’aux années 1950. Il a ensuite été un des fondateurs de « AGEG », le groupe altermondialiste égyptien et à ce titre il a participé à de nombreux Forum sociaux mondiaux. Mamdouh Habashi a été également un des principaux organisateurs des « Cairo Conferences » qui réunirent de 2002 à 2004 les opposants à la guerre en Irak. Mamdouh Habashi est aujourd’hui vice-président du Forum mondial des alternatives, une sorte de think-tank mondial de gauche créé par Samir Amin, une figure intellectuelle, issu, lui aussi, du communisme égyptien.
Le Forum Social Mondial de Dakar s’est ouvert ce dimanche 6 février par une marche réunissant plusieurs dizaines de milliers de manifestants. Le souffle des soulèvements populaires en Tunisie, Egypte, Yemen, Algérie, etc… parcourait les cortèges et les slogans, mais aussi les interventions lors de l’acte inaugural de ce Forum Social Mondial qui débute ce lundi à l’Université Cheikh Anta Diop
Depuis trois semaines, des affrontements opposent les troupes fidèles au colonel Kadhafi à des forces d’opposition issues de l’est du pays. Après Ben Ali et Moubarak, Kadhafi sera-t-il le prochain dictateur à tomber ? Ce qui se passe en Libye est-il semblable aux révoltes populaires en Tunisie et en Egypte ? Comment comprendre les frasques et les retournements de veste du colonel ? Pourquoi l’Otan se prépare-t-elle à la guerre ? Comment expliquer la différence entre un bon Arabe et un mauvais Arabe ? Dans ce nouveau chapitre de notre série Comprendre le monde musulman, Mohamed Hassan répond aux questions d’Investig’Action...
Économiste franco-égyptien, membre du conseil international du Forum social mondial et président du Forum mondial des alternatives, Samir Amin analyse les enjeux politiques et économiques de la crise que traverse l’Égypte.
L’arrivée dans le Sud-Est de la France de quelques dizaines de Tunisiens serait-elle en train de faire perdre la tête aux autorités françaises ? Depuis le début du mois, la préfecture des Alpes-Maritimes a enregistré 113 interpellations de Tunisiens, soit une augmentation « significative ». Les autorités ont donc sorti l’artillerie lourde : renfort de CRS, augmentation des patrouilles de surveillance, sur les routes, les voies ferroviaires et maritimes, mais aussi consignes discriminatoires et multiplication des atteintes aux droits. ...
Le programme et les documents
"je fais le pari que ces mouvements
révolutionnaires, partis seuls, accompagnés par aucun parti ayant une
influence sur le cours de choses, sont déjà au-delà, qu’ils ont déjà été
plus loin que le conformisme démocratique, qu’ils sont ailleurs. C’est cet
ailleurs qu’il nous faut comprendre, qu’il nous faut rejoindre, qu’il nous
faut défendre contre ce conformisme récupérateur."
Sur le Web, en lien avec le dossier Maghreb Machrek

Algeria-Watch est une association de défense des droits humains en Algérie. Créée en 1997 en Allemagne, elle a rapidement dépassé le cadre germanophone et développé des activités en langue française.
Articles :

- Point n°64 sur la campagne de parrainage des prisonniers politiques et d’opinion au Maroc 18 juillet 2014 asdhom
Ahurissant ! Du jamais vu dans les annales judiciaires au Maroc. Les autorités marocaines innovent en termes de chefs d’accusation pour poursuivre des militant(e)s. Leur dernière trouvaille : À Tanger elles ont réussi à transformer une victime d’enlèvement et de torture en une accusée d’ « allégations (...)

- Point n° 63 sur la campagne de parrainage des prisonniers politiques et d’opinion au Maroc 6 juillet 2014 asdhom
Dans ce point, nous vous proposons une nouvelle mise à jour chiffrée des listes des détenus politiques et d’opinion au Maroc. Le 13 mars dernier, nous avions comptabilisé 288. Aujourd’hui, nous en sommes à 338 au total dont 263 purgent une peine d’emprisonnement et 75 sont poursuivis en liberté (...)

- Point n°62 sur la campagne de parrainage des prisonniers politiques et d’opinion au Maroc – Hommage à Christine Daure-Serfaty 7 juin 2014 asdhom
Avant d’aborder les nombreuses arrestations et condamnations qu’a connues le Maroc au mois de mai, nous voudrions saluer la mémoire de Christine Daure-Serfaty, qui, quatre ans après le décès de son mari Abraham Serfaty, vient de s’éteindre le 28 mai 2014 à Paris. Les démocrates marocains, rassemblés le (...)

Partant du constat qu’une importante partie des ONGs du Maghreb et du Machrek n’exploitent et ne jouissent pas pleinement des avantages d’une visibilité Internet dynamique, l’association Forum des Alternatives Maroc « FMAS » a initié, en partenariat avec Oxfam Novib et Alternatives /AlterInter le projet : Portail Internet « E-JOUSSOUR » de la société civile Maghreb/Machre.
Articles :

- Malgré la dure répression ordonnée par Hollande 10 000 manifestants à Paris ce Samedi 19 juillet 21 juillet 2014 éditeur e-joussour

- Le véritable but de l’opération menée par Israël à Gaza ? Tuer des Arabes 21 juillet 2014 éditeur e-joussour

- La Marche Mondiale des Femmes condamne les attaques de l’Israël contre la bande de Gaza en Palestine 18 juillet 2014 éditeur e-joussour




Liaison RSS Ecrire au webmaster CEDETIM 21ter, rue Voltaire 75011 Paris, France - 01 43 71 62 12 -  cedetim@reseau-ipam.org  -  http://www.cedetim.org  sous SPIP 3.0.16