Reseau IPAM AEC France Aitec Amorces Cedetim Cedidelp Echanges et Partenariats
  
logo du cedetim

Index des Auteurs

Plan du site

Accueil > Thèmes et Chantiers > (Alter)Mondialisation et sociétés civiles > Initiatives & Campagnes > Archives > 2011 World Social Forum > 2011 : Le Forum Social Mondial à Dakar > La construction d’un monde multipolaire

Quelles mesures doivent-être prises pour rompre avec le colonialisme
Par Mireille Fanon-Mendès-France le 22 mars 2011

Aujourd’hui que signifie « rompre avec le colonialisme » alors que sont légitimés la domination et le déchaînement de la violence des plus puissants ?

Ces mêmes puissants partent, au nom de la préservation de leurs intérêts, dans des croisades « civilisationnelles » qui cachent mal leurs objectifs de soumission des peuples et d’appropriation des ressources de la planète. Pour mieux y parvenir, la première victime de la guerre sans fin des nantis contre les damnés de la terre est le droit à l’autodétermination, fondement du droit international, reconnu et consacré par la Charte des Nations Unies et proclamé par l’ONU comme étant le droit de tout peuple à se soustraire à la domination coloniale.

Ce droit, qui devrait être la garantie d’une société pluraliste et démocratique, selon la formulation contenue dans la revendication en faveur d’un nouvel ordre économique international de 1974, est neutralisé par les sociétés transnationales avec l’aval de l’ONU.
Ainsi, le Conseil de sécurité n’a plus pour objectif de maintenir la paix et la sécurité internationales, mais apparait clairement comme l’instrument des Etats-Unis et de leurs alliés. Ce Conseil est l’instance suprême d’interprétation arbitraire au service des grandes puissances. Le pouvoir discrétionnaire qui lui a été attribué par la Charte des Nations Unies est mis au service des seuls intérêts des plus forts. L’illustration la plus tragique en est le sort fait au peuple palestinien.

La reconfiguration démocratique des relations internationales est donc un préalable à l’instauration d’un ordre démocratique débarrassé du colonialisme.

L’asservissement de l’ONU s’accompagne d’une mise au pas économique globale au nom des marchés et du dogme libéral érigé en doxa indépassable de la gestion efficace des économies et des sociétés.

Dans le dispositif global de domination, les institutions multilatérales jouent un rôle fondamental. Le Fonds Monétaire International, la Banque Mondiale et l’OMC sont des instruments d’asservissement des économies de la planète et de leur amarrage aux marchés internationaux contrôlés par les multinationales.

Leur action est accompagnée, au prétexte de solidarité internationale et d’action caritative, par certaines grandes ONG qui se substituent aux Etats, introduisant une forme de dépendance perverse.
Au plan politique, le soutien à des dictatures liberticides et corrompues est l’axe « réaliste » des diplomaties occidentales. Ce soutien multiforme est à l’origine des blocages sociopolitiques, des guerres civiles et des conflits de toutes natures qui déchirent l’Afrique. Les élites militaro-civiles portées à bout de bras par des instances officielles et des réseaux informels (la Françafrique) sont de fait les fondés de pouvoir de l’ordre colonial relooké. Sortir du colonialisme suppose de mettre un terme à ces relations de domination porteuses de négation.

Aujourd’hui, les pratiques coloniales sont mises en œuvre dans les territoires mêmes des colonisateurs. L’exclusion de larges catégories des populations dans les « démocraties avancées », la précarité et les stigmatisations ethnico-culturelles sont les indicateurs clairs que la globalisation libérale fondée sur des stratégies coloniales n’épargne personne. Les Etats occidentaux, parangons de modernité, affirment tout à la fois être les seuls à détenir le modèle démocratique achevé et le modèle économique par excellence et mettent œuvre des politiques de domination et d’aliénation caractéristiques du système colonial le plus rassis. Ironie de l’Histoire et démonstration implacable de la continuité des méthodes du libéralisme !

Dès lors, sortir du colonialisme devrait consister à rompre avec les logiques pathogènes du libéralisme et avec les instruments de domination que l’Occident utilise massivement pour maintenir les pays du Sud dans une logique de dépendance et qu’il retourne, dans un logique mortifère, contre ses propres sociétés.

Rompre avec le colonialisme impose, comme le précise Achille Mbembe, de « sortir de la grande nuit » en abandonnant le modèle européen qui n’a apporté pour les peuples du monde que mort, pillage et négation des peuples. Aujourd’hui, et c’est là une belle leçon de l’histoire, la grande nuit est partout mais l’aube des damnés commence à se lever...




Autres Articles
I- Un contexte géo-politique en mutation
« Depuis plus d’une décennie, l’altermondialisme cherche (et se cherche lui-même en même temps) une stratégie visant à dépasser les défaillances des modèles traditionnels. Pour l’instant, il est encore caractérisé par une base disparate et sans lien sociologique (...) Cependant, il y a un élément fédérateur positif, celui de la citoyenneté et de l’exigence démocratique, et il y a aussi l’affirmation de plus en plus grande de la voix des peuples du Sud (…) qui modifie (...)
Par Martine Boudet le 22 mars 2011

Forum Social Mondiale de Dakar
Pour le Forum Social Mondial de Dakar, le groupe "Cultures" du Conseil Scientifique a rédigé un dossier sur le thème de "la construction d’un monde multipolaire".
le 2 février 2011

Sur le Web, en lien avec le dossier 2011 : Le Forum Social Mondial à (...)

A l’occasion du Forum social mondial réunis à Dakar, la Charte Mondiale des Migrants a été proclamée à Gorée le 4 Février 2011 par l’Assemblée Mondiale des Migrants.
Dorénavant vous pouvez participer au processus du Forum Social Mondial 2010 sur le site En Route à Dakar : http://fsm2011.org.
Cette édition Spécial FSM Dakar 2011 (6-11 Février) apporte une première compilation des couvertures médiatiques (textes, vidéos, photos) effectuées par des véhicules dont les pratiques sont fondées sur le concept de Communication Partagée, construit et mûri au sein du FSM depuis l’année de 200 par des médias alternatifs de plusieurs pays, groupes, réseaux, collectifs, mouvements sociaux, institutions etc.
En outre, vous trouverez des articles d’évaluation et réflexion autour de l’événement de 2011, ainsi que des actions et projets qui seront pris au cours de cette année et de l’année prochaine. La visite en Tunisie après Dakar et le Calendrier des luttes, les actions proposées par les Assemblées de Convergence pour l’Action, qui ont eu lieu les 10 et 11 Février, n’en sont que quelques exemples. L’organisation de cette édition est une initiative du Bureau du FSM et de la Communication de Commission du CI-FSM.
Le Forum Social Mondial a lieu du 6 au 11 février 2011 à Dakar au Sénégal… et partout dans le monde du du 4 au 13 février 2011 !
Des milliers d’activités, de rencontres, de discussions, d’initiatives pour un autre monde possible
Ce portail d’information a été créé à l’initiative de plusieurs organisations de la société civile et médias indépendants français, dans le but de rassembler diverses sources d’information sur le Forum Social Mondial (FSM).
En réunissant des articles, reportages, interviews, photos et vidéos produits par différentes organisations et médias français, le portail donne à voir la vivacité et la diversité du FSM. Questions en débat, initiatives, propositions… le portail rassemble de multiples contributions pour imaginer et construire ensemble un autre monde.
Au dernier jour du Forum, l’heure est au bilan. Dans le contexte de crise mondiale et de crise de civilisation occidentale, dix ans après le premier Forum social mondial à Porto Alegre, deux ans après celui de Belem qui confirmait le dynamisme et l’extraordinaire diversité du mouvement altermondialiste en Amérique latine, celui de Dakar prouve que ce mouvement se renforce en Afrique.
Flamme d’Afrique est né dans le cadre d’un partenariat entre l’Institut Panos Afrique de l’Ouest, Enda Tiers-Monde, et le Forum Social Africain.
Il s’agit d’un quotidien évènementiel couvrant la participation de la société civile africaine aux événements internationaux.
Le dossier spécial sur la société civile sénégalaise. Indispensable avant le FSM !
Christophe Aguiton, Geneviève Azam, Nikolaz Berthomeau, Hélène Cabioc’h, Amélie Canonne, Maxime Combes, Nicolas Haeringer, Aurélie Trouvé et leurs invités vous racontent le Forum.
Les altermondialistes organisent la résistance face au pillage des terres africaines. Dans la banlieue de Dakar, des assemblées d’habitants et de paysans tentent de faire converger leurs luttes. Commencé dans la confusion, le forum a rassemblé environ 50 000 participants.
La course aux ressources naturelles, qu’elles soient énergétiques, minérales ou agricoles, s’amplifie. Les stratégies de prédation et d’accaparement s’intensifient. Avec leurs lots de guerres et de désastres sociaux, environnementaux et démocratiques dont sont victimes bon nombre de pays et de populations dans le monde. A Détroit en juin 2009, lors du Forum Social des Etats-Unis (compte-rendu ici), dans le cadre du projet Echo des Alternatives (www.alter-echos.org) et du programme Une seule Planète, nous avions réalisé une vidéo de 8 minutes qui fut initialement diffusée lors de l’Université du CRID à Pesac (Gironde – juillet 2009). A quelques jours du Forum Social Mondial de Dakar (6 – 12 février) où les défis autour des ressources naturelles seront largement discutés, et alors que nous sommes aujourd’hui confrontés aux projets d’extraction de gaz de schiste dans plusieurs régions de France et d’Europe, cette vidéo revient sur quelques-uns de ces débats :
Rendre compte du FSM de façon exhaustive étant impossible, Alter-Echos (www.alter-echos.org) a décidé d’interviewer Nnimmo Bassey, activiste du Nigéria et président des Amis de la Terre International, pour l’interroger sur l’importance de ce FSM en Afrique, sur les résultats du FSM quant à la construction d’un mouvement international pour la justice climatique et sur les prochaines échéances altermondialistes du G8 (26 et 27 mai à Deauville) et du G20 (3 et 4 novembre à Cannes) pour les mouvements français et européens.
Participent à ce blog :
Christophe Aguiton, syndicaliste et militant d’Attac
Geneviève Azam, économiste, membre du Conseil scientifique d’Attac écologiques, à attac)
Hélène Cabioc’h, militante à l’Aitec
Amélie Canonne, déléguée générale d’Attac
Nicolas Haeringer, rédacteur en chef de la revue Mouvements et membre de l’équipe de préparation du Forum social mondial de Dakar
Jeanne Planche, responsable du programme Une Seule Planète au Crid
Sophie Zafari, syndicaliste à la FSU
Aurélie Trouvé, économiste, co-présidente d’Attac
De la manifestation contre l’Agence européenne Frontex, symbole de la militarisation de la lutte contre les migrations, à l’adoption d’une Charte mondiale, sur l’Ile de Gorée, les migrants ont fait entendre leurs voix au Forum social de Dakar. Inlassablement, ils ont rappelé l’insoutenable réalité : depuis 1988, plus de 14.000 migrants sont morts aux portes de l’Europe.
Après le Con­seil inter­na­tio­nal du Forum Social Mon­dial à Mexico en mai, des mem­bres du comité d’orga­ni­sa­tion du FSM de Dakar ont fait une halte à Paris. Une ren­con­tre a été orga­ni­sée avec eux par le CRID dans les locaux de CCFD-Terre Soli­daire afin d’avoir un échange sur la pré­pa­ra­tion de cet évé­ne­ment et sur les liens à cons­truire ensem­ble d’ici au Forum Social Mon­dial de Dakar en 2011.
Une vidéo pres­que inté­grale et en 7 par­ties, en est con­sul­ta­ble dans la suite de cet arti­cle…
En route vers Dakar Amphi 1 le 9 juillet à 14h
Nous pensons également que de bonnes oreilles pourraient nous entendre un jour
PARTIR en vélo des pavés de la Place Stan’ de Nancy jusqu’au sable du Sénégal avec une visée solidaire...
Un vrai défi...
LES PEUPLES D’ABORD, PAS LA FINANCE - Face au G8, les 21 et 22 mai 2011 à Deauville - Face au G20, du 31 octobre au 5 novembre 2011 à Cannes
Au dernier jour du Forum, l’heure est au bilan. Dans le contexte de crise mondiale et de crise de civilisation occidentale, dix ans après le premier Forum social mondial à Porto Alegre, deux ans après celui de Belem qui confirmait le dynamisme et l’extraordinaire diversité du mouvement altermondialiste en Amérique latine, celui de Dakar prouve que ce mouvement se renforce en Afrique.
Différentes vidéo réalisées par les équipes d’ATTAC, permettant de reconstituer l’ambiance et les débats du Forum social mondial réuni à Dakar en février 2011.
A l’occasion du Forum social mondial réunis à Dakar, la Charte Mondiale des Migrants a été proclamée à Gorée le 4 Février 2011 par l’Assemblée Mondiale des Migrants.
Les « alters » ne sont pas moribonds… Bien au contraire  ! Alors que s’ouvre demain à Dakar la huitième édition du Forum social mondial (FSM), Gustave Massiah, membre de son conseil international, propose une stratégie altermondialiste, articulant urgences immédiates face à la crise et perspective 
de dépassement 
du capitalisme.
Interview de Nnimmo Bassey pour obtenir un premier bilan du FSM d’un militant infatigable de la justice environnementale et sociale au Nigéria et du point de vue des Amis de la Terre International dont il est le président.
Le Forum Social Mondial de Dakar s’est ouvert ce dimanche 6 février par une marche réunissant plusieurs dizaines de milliers de manifestants. Le souffle des soulèvements populaires en Tunisie, Egypte, Yemen, Algérie, etc… parcourait les cortèges et les slogans, mais aussi les interventions lors de l’acte inaugural de ce Forum Social Mondial qui débute ce lundi à l’Université Cheikh Anta Diop
Il y a ceux qui font la révolution aujourd’hui et qui sont en Égypte et en Tunisie. Il y a ceux qui souhaitent faire la révolution un jour et qui sont à Dakar.
Il y a ceux qui préparent le terrain des élections de 2012 et qui sont à Dakar, aussi.
Sur le Web, en lien avec le dossier 2011 World Social Forum

ESF strategy discussion, preparation of Paris meeting : 6.ESF evaluation, proposals for Paris ; contributions to analysis of crisis and actors ; strategy discussion
Sur le Web, en lien avec le dossier (Alter)Mondialisation et sociétés (...)

  • Qu’est-ce que le "processus du forum social" ? une initiative prometteuse de la société civile organisée à travers un monde troublé et injuste
  • Que faire dans ce site "espace commun" ? se joindre au processus , comme personne , affiliée ou non à une organisation , et agir en groupe pour preparer des activités/ initiatives/actions et publier des propositions/plans de changement social . Concrètement :
www.worldsocialforum.info est le centre virtuel des médias et de la salle de presse pour le processus du Forum social mondial de 2010 - un site de référence pour les journalistes et les médias à suivre les événements qui se déroulent tout au long de l’année.
Le projet "Médias communautaires, pour une information citoyenne", impulsé par le portail e-Joussour, le FMAS et cofinancé par l’Union Européenne, vise essentiellement à développer les médias communautaires au Maroc et dans la région Maghreb-Machrek et s’articule autour de deux axes...
La communauté des sites ressources pour une démocratie mondiale
La Coredem est ouverte aux organisations, réseaux, mouvements et médias qui font de leurs expériences, de leurs propositions et de leurs analyses, des outils au service de sociétés solidaires, durables et responsables.
Nouvelle adresse où sont affichés quotidiennement des textes pour la discussion et réflexion.
En plus du processus du FSM lui-même, ce qui nous a encouragé à reorganiser notre blog ça a été le désir de soutenir et même d´avancer le débat qui a eu lieu en janvier de cette année à Porto Alegre. Ils´agit, donc, d´un outil mis à votre portée pour partager des textes ou papiers qui soutiennent l´élaboration collective vers "un autre monde possible".



Liaison RSS Ecrire au webmaster CEDETIM 21ter, rue Voltaire 75011 Paris, France - 01 43 71 62 12 -  cedetim@reseau-ipam.org  -  http://www.cedetim.org  sous SPIP 3.0.11