Reseau IPAM AEC France Aitec Amorces Cedetim Cedidelp Echanges et Partenariats
  
logo du cedetim

Index des Auteurs

Plan du site

Accueil > Thèmes et Chantiers > (Alter)Mondialisation et sociétés civiles > Initiatives & Campagnes > Archives > 2011 World Social Forum > 2011 : Le Forum Social Mondial à Dakar

LES ENJEUX DU FORUM SOCIAL MONDIAL 2011 A DAKAR
Par Gustave Massiah, Nathalie Péré Marzano le 6 janvier 2011

Les enjeux du Forum Social Mondial à Dakar s’organisent autour de trois grandes questions : la situation mondiale et la crise ; la situation des mouvements sociaux et citoyens ; le processus des forums sociaux mondiaux.


Voir aussi : Le site du FSM à Dakar

La situation mondiale et la crise

La situation mondiale est caractérisée par la profondeur de la crise structurelle de la mondialisation capitaliste. Les quatre dimensions de la crise, sociale, géopolitique, écologique et idéologique, seront abordées à Dakar. La crise sociale sera abordée à partir notamment des inégalités, de la pauvreté, des discriminations. La crise géopolitique sera discutée à partir notamment des guerres et des conflits, de l’accès aux matières premières, de l’émergence des nouvelles puissances mondiales. La crise écologique sera présente à partir notamment du changement climatique, de l’épuisement des ressources naturelles, de l’eau, de l’accaparement des terres, de la désertification, de la biodiversité. La crise idéologique sera débattue à partir notamment des idéologies sécuritaires, de la remise en cause des libertés et de la démocratie, de la culture, de la science, de la modernité. L’hypothèse d’une crise de civilisation, très présente depuis le Forum social de Belém, sera approfondie.

L’évolution de la crise met en évidence une situation contradictoire. Les analyses portées par le mouvement altermondialiste sont acceptées et reconnues et contribuent à la crise de l’idéologie néolibérale. Les propositions issues des mouvements sont acceptées comme base de référence ; par exemple, le contrôle du secteur bancaire et financier, la suppression des paradis fiscaux et judiciaires, les taxes internationales, le concept de sécurité alimentaire, considérées il n’y a pas si longtemps comme des hérésies, sont à l’ordre du jour du G8 et du G20. Pour autant, elles ne se traduisent pas dans des politiques viables ; elles sont déviées et récupérées et se heurtent à l’arrogance des classes dominantes sûres de leur pouvoir.

La validation des hypothèses se traduit par une certaine banalisation de la parole du mouvement. Elle nécessite d’affiner les perspectives et de donner plus de place au débat stratégique, à l’articulation entre l’urgence et la durée, les résistances et la transformation en profondeur. La situation met en évidence la double nature de la crise, celle d’un emboîtement entre la crise du néolibéralisme, qui est une phase de la mondialisation capitaliste, et une crise de la mondialisation capitaliste elle-même ; une crise du système qui peut être analysée comme une crise de civilisation, celle de la civilisation occidentale qui s’est imposée au début du 15ème siècle.

Les alliances stratégiques dans cette situation doivent correspondre à une double exigence. La première exigence concerne la lutte contre la pauvreté, la misère, les inégalités, la précarité, les atteintes aux libertés dans le monde pour permettre l’amélioration des conditions de vie et l’expression des couches populaires directement frappées par les politiques économiques et sociales dominantes. La deuxième exigence met en évidence qu’un autre monde possible et nécessaire passe par la rupture avec les modes de production, de consommation et de redistribution économiques, sociaux, écologiques, avec les rapports de force géopolitiques posés ces dernières décennies et les modèles démocratiques mis en avant par l’occident.

Trois propositions émergent dans les réponses à la crise : celles du néo-conservatisme qui proposent la sauvegarde de la logique dominante et des privilèges qui lui sont attachés au prix de la restriction des libertés, de la poursuite de l’accroissement des inégalités et de l’extension des conflits et des guerres ; celle d’une refondation en profondeur du capitalisme défendue par les tenants du « Green new-deal » qui proposent une régulation mondiale, des redistributions relatives et une promotion volontariste des « économies vertes » ; celle d’une alternative radicale écologique et sociale qui corresponde à un dépassement du système actuellement dominant. L’espace du Forum social mondial regroupe tous ceux qui refusent l’option néoconservatrice et le maintien de la logique néolibérale. Il constitue un espace de discussion, vigoureux et évolutif, entre les mouvements qui se situent dans la perspective d’un « débordement » d’un « Green new-deal » et ceux qui défendent la nécessité des alternatives radicales.

La référence au contexte africain

Le Forum social mondial de Dakar mettra en avant plusieurs questions essentielles que la référence au contexte africain permettra de mieux mettre en évidence.
L’accent sera mis sur la place de l’Afrique dans la situation mondiale et dans la crise. L’Afrique est un révélateur et un analyseur de la situation mondiale. L’Afrique n’est pas pauvre ; elle est appauvrie. L’Afrique n’est pas marginalisée ; elle est exploitée. Elle est indispensable à l’équilibre économique et écologique du monde par ses matières premières et ses ressources naturelles et humaines qui sont convoitées tant par les pays du Nord que par les pays émergents, avec la complicité active d’une partie des dirigeants des Etats africains.

L’accent sera aussi mis sur la décolonisation en tant que processus historique inachevé. La crise du néolibéralisme et celle de l’hégémonie des Etats-Unis inscrivent la possibilité d’une nouvelle phase de la décolonisation, ainsi que l’affaiblissement des puissances colonisatrices européennes. La représentation Nord-Sud est en train de changer ce qui n’annule pas la réalité des contradictions géopolitiques et économiques entre le Nord et le Sud.

L’accent sera mis sur les diasporas et les migrations en tant que question structurelle de la mondialisation. Cette question sera abordée à partir de la situation actuelle des migrants et de leurs droits. Elle sera inscrite dans le temps long à partir d’un retour sur la traite esclavagiste. Elle sera mise en perspective à partir du rôle grandissant, économique et culturel, des diasporas.

L’accent sera mis sur l’évolution du système international, des institutions internationales et des négociations internationales. Elle concernera particulièrement des questions qui rendent criantes les nécessités d’une régulation mondiale : les équilibres écologiques ; les migrations et les diasporas ; les conflits et les guerres.

La situation des mouvements sociaux et citoyens

La convergence des mouvements qui constitue l’espace du Forum social mondial est engagée dans des résistances sociales, écologiques et démocratiques. Les luttes sociales se prolongent dans les luttes citoyennes, pour les libertés et contre les discriminations. Les résistances sont indissociables des pratiques concrètes d’émancipation qui sont portées par les mouvements.

L’orientation stratégique des mouvements s’organise autour de l’accès aux droits pour tous, de l’égalité des droits et de l’impératif démocratique. Les mouvements sont porteurs d’un nouveau mouvement historique d’émancipation qui prolonge et renouvelle les mouvements précédents. C’est autour de la définition des droits, de leur mise en œuvre et de leur garantie que se définit une nouvelle période d’émancipation possible. Elle implique que soit revisitées les conceptions des différentes générations des droits : les droits civils et politiques formalisés par les révolutions du 18ème siècle, réaffirmés avec la Déclaration universelle des droits de l’Homme, complétés par les approches de remise en cause des totalitarismes des années 60 ; les droits des peuples portés par le mouvement de décolonisation autour du droit à l’autodétermination, du contrôle des ressources naturelles, du droit au développement et du droit à la démocratie ; les droits économiques, sociaux et culturels spécifiés dans la Déclaration universelle et précisés par le Protocole additionnel adoptés par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2000.

Une nouvelle génération de droits est en gestation ; elle correspond à l’expression de la dimension planétaire et aux droits qui se définissent dans la recherche d’un autre monde par rapport à la mondialisation dominante. De ce point de vue, deux questions seront très présentes à Dakar : les droits environnementaux dans la perspective de la préservation de la planète ; les droits des migrants et des migrations qui interpellent la place des frontières et l’organisation de l’espace mondial. Le FSM de Belém a mis en évidence l’intérêt de l’approche des mouvements dans la question écologique dans ses différentes dimensions, du climat à l’épuisement des ressources naturelles et de la biodiversité, à l’accaparement de l’eau, des terres et des matières premières. Le FSM de Dakar mettra en évidence une nouvelle approche des migrations avec la liaison entre migrations et diasporas et la Charte mondiale des migrants.

Le FSM de Dakar sera aussi un moment d’interrogation sur la décolonisation inachevée et sur l’ouverture d’une nouvelle phase de la décolonisation. C’est dans cette perspective que se situe l’évolution des rapports entre le Nord et le Sud. Certes la représentation Nord-Sud change ; du point de vue de la structuration sociale, il y a un Nord dans le Sud et un Sud dans le Nord. L’émergence de grands Etats modifie l’équilibre économique et géopolitique mondial. Elle est confortée par la montée en puissance de plus de trente Etats qui peuvent être considérés comme émergents. Pour autant, les formes de domination restent déterminantes dans l’ordre du monde ; la notion du Sud conserve une forte actualité. Le Forum social mondial met l’accent sur une question nouvelle, celle du rôle historique et stratégique des mouvements sociaux et citoyens de l’ensemble des pays émergents, par rapport à leur Etat et par rapport à la place de ces Etats dans le monde à venir. Cette question qui a déjà marqué l’espace des forums avec le rôle joué par les mouvements brésiliens et indiens, prend une importance stratégique avec l’évolution géopolitique liée à la crise.

Le Forum social mondial est l’espace de la rencontre entre les mouvements de diverses natures et des différentes régions du monde. Cette rencontre avait déjà commencé à partir des réseaux regroupant les différents mouvements nationaux. Deux évolutions s’affirment à travers le processus des forums. D’abord, les rapprochements entre les mouvements par grandes régions, leurs caractéristiques et leurs situations spécifiques. Ainsi, les mouvements en Amérique Latine, en Amérique du Nord, en Asie du Sud et notamment en Inde, en Asie du Sud-Est, au Japon, en Europe, en Russie. Le Forum social mondial de Dakar sera marqué par deux évolutions importantes. L’importance nouvelle des mouvements de la région Maghreb-Machrek a marqué l’année 2010 et la préparation de Dakar. La vigueur du mouvement social africain sera visible à Dakar, à partir des mouvements paysans, syndicaux de salariés, des femmes, des jeunes, des habitants, des migrants et des refoulés, des groupes culturels et originaires, des comités contre la pauvreté et la dette, de l’informel et de l’économie solidaire, etc. Ces mouvements sont visibles, avec leur convergence et leur diversité dans les sous-régions africaines, en Afrique du Nord, surtout le Maghreb, en Afrique de l’Ouest et centrale, en Afrique de l’Est et en Afrique Australe.

Au cours du Forum social mondial de Dakar, une question très présente sera celle des débouchés politiques des mobilisations sociales et citoyennes. Elle concerne à la fois la question de l’expression politique des mouvements et des prolongements des mouvements par rapport aux institutions, à la scène politique et au gouvernement des Etats. Au niveau de l’ensemble des mouvements, la réflexion progresse sur l’importance de préciser, à travers l’invention d’une nouvelle culture politique, le rapport entre pouvoir et politique. Le processus des FSM a posé des bases de cette nouvelle culture politique (horizontalité, diversité, convergence des réseaux citoyens et des mouvements sociaux, activités autogérées, …) mais doit encore innover sur plusieurs approches de la politique et du pouvoir pour pouvoir dépasser l’ancienne culture politique qui reste largement dominante. Par ailleurs, la traduction politique des avancées des mobilisations dépend des situations. Elle se différencie suivant les niveaux de la nature des institutions et des représentations politiques : au niveau local avec la possibilité de peser sur les choix des autorités locales ; au niveau national et international avec le gouvernement des Etats, les régimes politiques et les institutions internationales ; au niveau régional et mondial avec les alliances géoéconomiques et géoculturelles et avec la construction d’une opinion politique mondiale et d’une conscience universelle.

Le processus des forums sociaux mondiaux

Après le Forum social de Belém, pendant l’année globale d’actions 2010, plus de quarante événements ont montré la vigueur du processus. Parmi eux, le forum des dix ans à Porto Alegre, le forum social des Etats-Unis, celui de Mexico et le forum des Amériques, plusieurs forums en Asie, le forum mondial de l’éducation en Palestine, plus de huit forums au Maghreb et au Machrek, etc. Chaque événement associé a été décidé et organisé par un comité d’initiative local. Celui-ci se réfère à la Charte des principes du Forum social mondial, adopte une méthodologie qui laisse une place importante aux activités autogérées, déclare son initiative au Conseil International du FSM. Cette multiplication ouvre une perspective d’extension du processus des forums. Elle a pris une autre forme avec celle des « forums étendus » qui consiste à associer à un forum, par des liaisons internet, des initiatives locales dans différents pays. Ainsi, au moment du Forum mondial de l’éducation en Palestine, plus de quarante initiatives se sont associées aux diverses manifestations de Ramallah. Les initiatives associées du « Dakar étendu » innovera dans le processus des forums.

La préparation du FSM de Dakar s’est appuyée sur les événements de l’année globale d’actions 2010 et sur une série d’initiatives qui a cherché à faire converger les mobilisations et a permis d’explorer de nouvelles pistes en matière de l’organisation et de la méthodologie des forums. Ainsi, on peut déjà retenir les caravanes convergentes vers Dakar en passant par le forum des femmes à Kaolack, les journées migrations et diasporas, les assemblées de convergence pour les actions, les forums associés (l’Assemblée mondiale des habitants, science et démocratie, syndical, des autorités locales et des autorités locales de périphérie, des parlementaires, de la théologie de la libération, etc.)

Après Dakar, un nouveau cycle du processus des forums sociaux sera engagé. Le renforcement du processus des forums sociaux pourrait rejoindre les grandes mobilisations qui comme Rio+20, les mobilisations pour le G8-G20, ou d’autres en accepteraient la démarche. Elles seraient reconnues comme des événements associés au processus des forums, renouant ainsi avec les mobilisations qui, comme à Seattle en 1999, ont contribué à son lancement.




Autres Articles
RETOUR DU FSM DE DAKAR
Au lendemain du Forum social mondial de Dakar, nous vous proposons un moment de restitution et de débats avec différents participants de la délégation d’IPAM/CRID, de ATTAC et de diverses associations du CICP Mercredi 23 février à 19h au CICP
le 23 février 2011

Commentary No. 299, Feb. 15, 2011
Le Forum social mondial (FSM) est vivant et se porte même très bien. Il vient juste de se réunir à Dakar, au Sénégal, du 6 au 11 février. Par un de ces hasards de l’Histoire, il tombait justement la semaine où le peuple égyptien a réussi à renverser Hosni Moubarak dont le départ intervint précisément quand le FSM tenait sa séance de clôture. Les participants du FSM passèrent la semaine à fêter les Egyptiens et à discuter du sens des révolutions tunisienne et égyptienne pour leur propre programme de (...)
Par Immanuel Wallerstein le 15 février 2011

Interview de Gus Massiah
Interview de Gus Massiah par Christian Losson pour Libération du 14 février 2011
La dynamique des forums sociaux mondiaux marque-t-elle le pas ?
Au contraire. Toutes les analyses et les propositions altermondialistes ont été confirmées : elles figurent même au coeur de l’agenda du G20. Qu’il s’agisse d’une taxe internationale sur les transactions financières, du contrôle des paradis fiscaux, en passant évidemment par la régulation de la finance spéculative, tous ces diagnostics, hier taxés (...)
le 14 février 2011

Nous, réunis en Assemblée des mouvements sociaux, à Dakar lors du Forum social mondial 2011, affirmons l’apport fondamental de l’Afrique et de ses peuples dans la construction de la civilisation humaine. Ensemble, peuples de tous les continents, nous livrons des batailles où nous nous opposons énergiquement à la domination du capital qui se dissimule derrière la promesse de progrès économique du capitalisme et de l’apparente stabilité politique.
le 10 février 2011

Le droit d’informer et d’être informé
Nous, acteurs de l’information alternative, militants qui utilisons la communication comme outil de transformations sociale :
Constatant que dans un contexte mondial caractérisé par :
une liberté d’expression des peuples niée, entravée ou réprimée ;
un accès à l’information pour l’ensemble des citoyens peu ou pas garanti ;
une répression violente contre les citoyens et les acteurs de l’information ;
la marchandisation et l’uniformisation de l’information ;
la (...)
le 10 février 2011

Nous, organisations paysannes, organisations non-gouvernementales, organisations confessionnelles, syndicats et autres mouvement sociaux, réunis à Dakar pour le Forum Social Mondial de 2011 :
Considérant que les agricultures paysannes et familiales, regroupant la majorité des agriculteurs-trices du monde, sont les mieux placées pour :
répondre à leurs besoins alimentaires et ceux des populations, assurant la sécurité et la souveraineté alimentaires des pays,
fournir des emplois aux populations (...)
le 10 février 2011

Sur le Web :

A l’occasion du Forum social mondial réunis à Dakar, la Charte Mondiale des Migrants a été proclamée à Gorée le 4 Février 2011 par l’Assemblée Mondiale des Migrants.
Dorénavant vous pouvez participer au processus du Forum Social Mondial 2010 sur le site En Route à Dakar : http://fsm2011.org.
Cette édition Spécial FSM Dakar 2011 (6-11 Février) apporte une première compilation des couvertures médiatiques (textes, vidéos, photos) effectuées par des véhicules dont les pratiques sont fondées sur le concept de Communication Partagée, construit et mûri au sein du FSM depuis l’année de 200 par des médias alternatifs de plusieurs pays, groupes, réseaux, collectifs, mouvements sociaux, institutions etc.
En outre, vous trouverez des articles d’évaluation et réflexion autour de l’événement de 2011, ainsi que des actions et projets qui seront pris au cours de cette année et de l’année prochaine. La visite en Tunisie après Dakar et le Calendrier des luttes, les actions proposées par les Assemblées de Convergence pour l’Action, qui ont eu lieu les 10 et 11 Février, n’en sont que quelques exemples. L’organisation de cette édition est une initiative du Bureau du FSM et de la Communication de Commission du CI-FSM.
Le Forum Social Mondial a lieu du 6 au 11 février 2011 à Dakar au Sénégal… et partout dans le monde du du 4 au 13 février 2011 !
Des milliers d’activités, de rencontres, de discussions, d’initiatives pour un autre monde possible
Articles :
- Bienvenue !
- Bienvenue !
- Bienvenue !
Ce portail d’information a été créé à l’initiative de plusieurs organisations de la société civile et médias indépendants français, dans le but de rassembler diverses sources d’information sur le Forum Social Mondial (FSM).
En réunissant des articles, reportages, interviews, photos et vidéos produits par différentes organisations et médias français, le portail donne à voir la vivacité et la diversité du FSM. Questions en débat, initiatives, propositions… le portail rassemble de multiples contributions pour imaginer et construire ensemble un autre monde.
Au dernier jour du Forum, l’heure est au bilan. Dans le contexte de crise mondiale et de crise de civilisation occidentale, dix ans après le premier Forum social mondial à Porto Alegre, deux ans après celui de Belem qui confirmait le dynamisme et l’extraordinaire diversité du mouvement altermondialiste en Amérique latine, celui de Dakar prouve que ce mouvement se renforce en Afrique.
Flamme d’Afrique est né dans le cadre d’un partenariat entre l’Institut Panos Afrique de l’Ouest, Enda Tiers-Monde, et le Forum Social Africain.
Il s’agit d’un quotidien évènementiel couvrant la participation de la société civile africaine aux événements internationaux.
Le dossier spécial sur la société civile sénégalaise. Indispensable avant le FSM !
Christophe Aguiton, Geneviève Azam, Nikolaz Berthomeau, Hélène Cabioc’h, Amélie Canonne, Maxime Combes, Nicolas Haeringer, Aurélie Trouvé et leurs invités vous racontent le Forum.
Les altermondialistes organisent la résistance face au pillage des terres africaines. Dans la banlieue de Dakar, des assemblées d’habitants et de paysans tentent de faire converger leurs luttes. Commencé dans la confusion, le forum a rassemblé environ 50 000 participants.
La course aux ressources naturelles, qu’elles soient énergétiques, minérales ou agricoles, s’amplifie. Les stratégies de prédation et d’accaparement s’intensifient. Avec leurs lots de guerres et de désastres sociaux, environnementaux et démocratiques dont sont victimes bon nombre de pays et de populations dans le monde. A Détroit en juin 2009, lors du Forum Social des Etats-Unis (compte-rendu ici), dans le cadre du projet Echo des Alternatives (www.alter-echos.org) et du programme Une seule Planète, nous avions réalisé une vidéo de 8 minutes qui fut initialement diffusée lors de l’Université du CRID à Pesac (Gironde – juillet 2009). A quelques jours du Forum Social Mondial de Dakar (6 – 12 février) où les défis autour des ressources naturelles seront largement discutés, et alors que nous sommes aujourd’hui confrontés aux projets d’extraction de gaz de schiste dans plusieurs régions de France et d’Europe, cette vidéo revient sur quelques-uns de ces débats :
Rendre compte du FSM de façon exhaustive étant impossible, Alter-Echos (www.alter-echos.org) a décidé d’interviewer Nnimmo Bassey, activiste du Nigéria et président des Amis de la Terre International, pour l’interroger sur l’importance de ce FSM en Afrique, sur les résultats du FSM quant à la construction d’un mouvement international pour la justice climatique et sur les prochaines échéances altermondialistes du G8 (26 et 27 mai à Deauville) et du G20 (3 et 4 novembre à Cannes) pour les mouvements français et européens.
Participent à ce blog :
Christophe Aguiton, syndicaliste et militant d’Attac
Geneviève Azam, économiste, membre du Conseil scientifique d’Attac écologiques, à attac)
Hélène Cabioc’h, militante à l’Aitec
Amélie Canonne, déléguée générale d’Attac
Nicolas Haeringer, rédacteur en chef de la revue Mouvements et membre de l’équipe de préparation du Forum social mondial de Dakar
Jeanne Planche, responsable du programme Une Seule Planète au Crid
Sophie Zafari, syndicaliste à la FSU
Aurélie Trouvé, économiste, co-présidente d’Attac
De la manifestation contre l’Agence européenne Frontex, symbole de la militarisation de la lutte contre les migrations, à l’adoption d’une Charte mondiale, sur l’Ile de Gorée, les migrants ont fait entendre leurs voix au Forum social de Dakar. Inlassablement, ils ont rappelé l’insoutenable réalité : depuis 1988, plus de 14.000 migrants sont morts aux portes de l’Europe.
Après le Con­seil inter­na­tio­nal du Forum Social Mon­dial à Mexico en mai, des mem­bres du comité d’orga­ni­sa­tion du FSM de Dakar ont fait une halte à Paris. Une ren­con­tre a été orga­ni­sée avec eux par le CRID dans les locaux de CCFD-Terre Soli­daire afin d’avoir un échange sur la pré­pa­ra­tion de cet évé­ne­ment et sur les liens à cons­truire ensem­ble d’ici au Forum Social Mon­dial de Dakar en 2011.
Une vidéo pres­que inté­grale et en 7 par­ties, en est con­sul­ta­ble dans la suite de cet arti­cle…
En route vers Dakar Amphi 1 le 9 juillet à 14h
Nous pensons également que de bonnes oreilles pourraient nous entendre un jour
PARTIR en vélo des pavés de la Place Stan’ de Nancy jusqu’au sable du Sénégal avec une visée solidaire...
Un vrai défi...
LES PEUPLES D’ABORD, PAS LA FINANCE - Face au G8, les 21 et 22 mai 2011 à Deauville - Face au G20, du 31 octobre au 5 novembre 2011 à Cannes
Au dernier jour du Forum, l’heure est au bilan. Dans le contexte de crise mondiale et de crise de civilisation occidentale, dix ans après le premier Forum social mondial à Porto Alegre, deux ans après celui de Belem qui confirmait le dynamisme et l’extraordinaire diversité du mouvement altermondialiste en Amérique latine, celui de Dakar prouve que ce mouvement se renforce en Afrique.
Différentes vidéo réalisées par les équipes d’ATTAC, permettant de reconstituer l’ambiance et les débats du Forum social mondial réuni à Dakar en février 2011.
A l’occasion du Forum social mondial réunis à Dakar, la Charte Mondiale des Migrants a été proclamée à Gorée le 4 Février 2011 par l’Assemblée Mondiale des Migrants.
Les « alters » ne sont pas moribonds… Bien au contraire  ! Alors que s’ouvre demain à Dakar la huitième édition du Forum social mondial (FSM), Gustave Massiah, membre de son conseil international, propose une stratégie altermondialiste, articulant urgences immédiates face à la crise et perspective 
de dépassement 
du capitalisme.
Interview de Nnimmo Bassey pour obtenir un premier bilan du FSM d’un militant infatigable de la justice environnementale et sociale au Nigéria et du point de vue des Amis de la Terre International dont il est le président.
Le Forum Social Mondial de Dakar s’est ouvert ce dimanche 6 février par une marche réunissant plusieurs dizaines de milliers de manifestants. Le souffle des soulèvements populaires en Tunisie, Egypte, Yemen, Algérie, etc… parcourait les cortèges et les slogans, mais aussi les interventions lors de l’acte inaugural de ce Forum Social Mondial qui débute ce lundi à l’Université Cheikh Anta Diop
Il y a ceux qui font la révolution aujourd’hui et qui sont en Égypte et en Tunisie. Il y a ceux qui souhaitent faire la révolution un jour et qui sont à Dakar.
Il y a ceux qui préparent le terrain des élections de 2012 et qui sont à Dakar, aussi.


Sur le Web, en lien avec le dossier 2011 World Social Forum

ESF strategy discussion, preparation of Paris meeting : 6.ESF evaluation, proposals for Paris ; contributions to analysis of crisis and actors ; strategy discussion
Sur le Web, en lien avec le dossier (Alter)Mondialisation et sociétés (...)

  • Qu’est-ce que le "processus du forum social" ? une initiative prometteuse de la société civile organisée à travers un monde troublé et injuste
  • Que faire dans ce site "espace commun" ? se joindre au processus , comme personne , affiliée ou non à une organisation , et agir en groupe pour preparer des activités/ initiatives/actions et publier des propositions/plans de changement social . Concrètement :
www.worldsocialforum.info est le centre virtuel des médias et de la salle de presse pour le processus du Forum social mondial de 2010 - un site de référence pour les journalistes et les médias à suivre les événements qui se déroulent tout au long de l’année.
Le projet "Médias communautaires, pour une information citoyenne", impulsé par le portail e-Joussour, le FMAS et cofinancé par l’Union Européenne, vise essentiellement à développer les médias communautaires au Maroc et dans la région Maghreb-Machrek et s’articule autour de deux axes...
La communauté des sites ressources pour une démocratie mondiale
La Coredem est ouverte aux organisations, réseaux, mouvements et médias qui font de leurs expériences, de leurs propositions et de leurs analyses, des outils au service de sociétés solidaires, durables et responsables.
Nouvelle adresse où sont affichés quotidiennement des textes pour la discussion et réflexion.
En plus du processus du FSM lui-même, ce qui nous a encouragé à reorganiser notre blog ça a été le désir de soutenir et même d´avancer le débat qui a eu lieu en janvier de cette année à Porto Alegre. Ils´agit, donc, d´un outil mis à votre portée pour partager des textes ou papiers qui soutiennent l´élaboration collective vers "un autre monde possible".



Liaison RSS Ecrire au webmaster CEDETIM 21ter, rue Voltaire 75011 Paris, France - 01 43 71 62 12 -  cedetim@reseau-ipam.org  -  http://www.cedetim.org  sous SPIP 3.0.16