Reseau IPAM AEC France Aitec Amorces Cedetim Cedidelp Echanges et Partenariats
Assemblée Européenne des Citoyens
(AEC - HCA France)

Branche française du réseau international Helsinki Citizens' Assembly

 
  Présentation
 Qui sommes-nous ?
 Le réseau HCA
 Un peu d'histoire...

  Le bulletin de l'AEC
 A télécharger ici 

  Nos activités
 6-7-8 novembre 2009 - week-end de débats et animations à l’occasion du 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin
 Appel en faveur du désarmement nucléaire unilatéral de la France
 Dialogue arméno-turc
 Dossier Russie de l’AEC
 Dossier Turquie de l’AEC
 Douarnenez, émotion et solidarité internationale en Bretagne
 Fin d’été active dans le réseau HCA
 Hommage à Václav Havel
 Honte à vous Monsieur le Premier ministre !
 La Maison d’Europe et d’Orient et les Éditions Non Lieu vous invitent à une rencontre
 Le Forum social des Balkans, une chance pour l’Autre Europe
 Les proches de disparus dans le Caucase du Nord : Des voix contre le silence
 Les Rroms, boucs émissaires : Xénophobie, racisme, discrimination en France et en Europe
 Maghreb, Moyen-Orient
 Mercredi 30 novembre - Réunion sur la situation en Grèce
 Rencontres de jeunes
 Russie en résistances
 Speaking to one another - Souvenirs personnels du passé en Arménie et en Turquie
 Tchétchénie
 TWO MAJOR DISTINCTIONS FOR ’NEVER AGAIN’ FOUNDER
 
  Les membres du
  réseau

  Infos
 Retours à Sarajevo : rencontre avec Velibor Čolić et Igor Štiks
 La mort de Jri Dienstbier
  Communiqué de la Maison d’Europe et d’Orient (Paris/Nicosie)
 Irina Karamarkovic : l’anneau qui permet de voler à nouveau
 Jean Brugié, la force du résistant
 Des deux côtés de l’ancien Mur, la bataille des récits
 Communiqué du Festival de Douarnenez
 Assassinats politiques en Russie : ASSEZ !
 Balkanofonik ! Fête du Courrier des Balkans
 Gjirokastër - sept 08 : Culture, politique patrimoniale et crise d’identité
 Culture militaire et patriotisme dans la Russie d’aujourd’hui, de Anne Le Huérou et Elisabeth Sieca-Kozlowski (dir.)
 Communiqué de soutien à Natacha Kandic
 Les 10 ans du réseau Euro Méditerranéen des Droits de l’Homme à Paris
 Défendre la société civile dans la CEI
 Revue Au Sud de l’Est : le numéro 3 est sorti
 DEPRESSION SUR LE SUD CAUCASE : Voyage entre guerre et paix. Un livre de Bernard Dreano.
 Assassinat de hrant DINK
 "Au Sud de l’Est" : une revue sur les cultures des Balkans
 Solidarité avec nos partenaires en Azerbaïdjan
 
  Textes
  Guerres et paix au Caucase Empires, peuples et nations
  Turquie : la tutelle de l’armée, c’est fini ! Par Ahmet Insel
 A propos de l’indépendance du Kosovo
 A propos de quatre débats marocains entre la gauche laïque et les démocrates islamistes en 2007.
 Adieu à Anaït Bayandour
 Appel de Prague 1990 : Créons l’Assemblée des citoyens du processus d’Helsinki
 Appel pour le Dialogue civique russo-géorgien de jeunes
 Athènes et l’Europe
 D’une présidentielle l’autre. Tête de Turc, Bosphore et Maroni... A propos de la France, de la Turquie et sans doute de l’avenir.
 Déclaration de HCA au Conseil de l’Europe concernant les graves atteintes à la liberté d’expression et de la presse en Azerbaïdjan
 Déclaration du Mouvement public Géorgie multinationale au sujet de la campagne de diffamation contre Arnold Stepanian
 Education, islam, modernité et schizophrénie identitaire. Le Maroc, un cas d’étude.
 Féminisme et droits humains universels : une perspective
 Jihadisme et guerre contre la terreur : quelles réponses des sociétés civiles ?
 L’Arc de la Paix
 L’épreuve des bombes
 L’étau s’est refermé sur Hrant Dink
 La Ligue étudiante des Droits Humains irakienne : quels enjeux pour les organisations étudiantes et de jeunesse en Irak dans la guerre
 La Macédoine peut elle sortir de la guerre ?
 La politique migratoire russe entre régulation et rejet
 La Russie "après Poutine" : en attente de changements ?
 Le Centre du Monde
 Le piège ossète
 Les valeurs humaines commencent quand quelqu’un reconnait à quelqu’un d’autre les droits qu’il réclame pour lui-même
 Les violences au Kirghizstan : l’ethnicité a bon dos !
 Maroc : Dissolution d’un parti dit islamiste et son chef arrêté
 Mascarade électorale à Grozny
 Menaces sur les Osséties, menaces sur le Caucase
 Minorités : les Rroms entre préjugés, méconnaissance et stigmatisation
 Notre amie Anaït Bayandur nous a quitté dans la nuit du 6 au 7 janvier.
 On comprend mieux le monde en marchant
 On comprend mieux le monde en marchant
 Où va la Turquie ?
 Predrag Matvejevic condamné par les « Talibans du nationalisme »
 Quel avenir pour le Kosovo indépendant ?
 Quelque part, sur les rives du Dniestr
 Retour sur dix années (et un peu plus) de rencontres « SIDU »
 Rroms des Balkans : intégration, citoyenneté, démocratie
 Russie : entretien avec A. YUROV, président de YHRM : "nous ne nous battons pas seulement pour nous-mêmes, mais pour une nouvelle génération de militants civiques."
 Russie : Politkovskaia & les résistances de la société russe.
 Sidu 2005 en Moldavie : témoignage d’une jeune participante turque
 Un dimanche à Ramallah entre occupation et indépendance
 Vidovdan et le mythe de Kosovo

 

> Accueil > Textes
FR | EN


Appel de Prague 1990 : Créons l’Assemblée des citoyens du processus d’Helsinki

22 août 2007 

Le plus éloquent des symboles de la division de l’Europe et du Monde, le mur de Berlin, est tombé. Après tant d’années d’insécurité et de craintes, le monde connaît une période d’espérance. Le paysage politique se transforme. Pour la première fois depuis la fin de la guerre mondiale existe une réelle possibilité de construire des rapports nouveaux en Europe et dans le Monde, des rapports qui ne dépendent ni de la menace ni de l’usage de la force militaire.

Mais de nombreux obstacles demeurent. Bien des droits démocratiques ne sont pas encore garantis par la loi. Les énormes infrastructures militaires et les stocks d’armes sont toujours là. Les différences de développement et de qualité de vie sont considérables entre l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud. La dégradation de l’environnement menace sérieusement la vie et provoque de nouveaux conflits. Les identités culturelles et nationales émergent à nouveau, mais cela peut entraîner la résistance des vieilles peurs et des vieilles haines.

Face à ces problèmes, la créativité, la participation active des citoyens et des gouvernements est nécessaire. En d’autres termes nous devons établir des démocraties efficaces et solides. Le débat sur la nature des différents systèmes économiques, sur les moyens de développer, la prise de conscience de l’état de l’environnement n’est pas encore arrivée à son terme.

Des gens chaque fois plus nombreux sont convaincus :

  • de la nécessité de créer un système de sécurité d’un nouveau type ;
  • qu’il est possible de se débarrasser des blocs militaires ;
  • que toutes les armes de destruction massive peuvent être éliminées et que les dépenses militaires et les arsenaux conventionnels peuvent être drastiquement réduits.

L’Europe est à la croisée des chemins. Nous sommes les témoins d’un mouvement de plus en plus accéléré vers la démocratie dans la plupart des pays d’Europe centrale et orientale. La voie commune de tous les pays européen vers la sécurité et la coopération offre à l’Europe le renouveau de sa confiance en soi et de son énergie. Une Europe revitalisée peut aussi contribuer à la solution des problèmes globaux.

Pour ces années de transition qui viennent, le processus d’Helsinki continuera d’être un instrument sans équivalent. Une transition pacifique en Europe n’est pas concevable sans le plein respect de tous les droits humains et civiques, que les gouvernements se sont engagés à respecter à Helsinki, Madrid, Vienne et ailleurs. L’insistance, dans ces accords, sur l’interdépendance de la paix, de la sécurité, des droits de l’homme et des droits sociaux constitue un cadre inestimable pour la résolution non violente des problèmes qui demeurent.

Le processus d’intégration à l’échelle de toute l’Europe doit être soutenu par les gens. Le processus d’Helsinki est trop important pour être laissé aux seuls efforts des gouvernements et des politiciens, liés par leurs propres propriétés nationales, il doit être étendu et renforcé en permanence par l’implication des citoyens des états membres, ce qui comprend bien entendu l’URSS, les Etats-Unis et le Canada.

Dépasser la vision de l’Europe, c’est tout particulièrement la tâche de la société civile, des citoyens agissant ensemble en associations, mouvements, institutions, initiatives et clubs autogérés au-delà des frontières nationales. Cela signifie la création de nouvelles relations sociales, de nouveaux forums de dialogues à travers lesquels les citoyens peuvent négocier, aussi bien les uns avec les autres que vis-à-vis des gouvernements, exercer des pressions sur les institutions politiques et en réalité, résoudre de nombreuses questions sans interventions directes des gouvernements. Cela signifie l’extension de la sphère d’activité publique (c’est-à-dire non étatique et non privée), la création d’une opinion publique européenne.

L’adhésion des politiciens à une conception ouverte de la diplomatie doit franchir les portes des antichambres de la grande politique. Il ne s’agit pas seulement d’informer les journalistes ou même de consulter les organisations non gouvernementales. Le processus d’Helsinki par en haut doit être complété par un processus d’Helsinki par en bas tout aussi important.

Créons donc une Assemblée des citoyens du processus d’Helsinki, forum permanent et public où mouvements de paix et mouvements civiques, individus et institutions, représentant une large gamme d’opinions, puissent échanger leurs expériences, débattre de leurs préoccupations communes, et quand c’est possible, mettre en œuvre des stratégies et des campagnes conjointes.

L’action de l’Assemblée est fondée sur le partage de valeurs communes, sur la compréhension que la paix, la démocratie et les droits de l’Homme sont indissolublement liés. Notre objectif, c’est l’unité dans la diversité de l’Europe. Nous voulons construire une société juste et démilitarisée où le développement ne se fait pas au détriment de l’environnement.

Nous voulons créer une communauté multiculturelle ouverte sur le Sud, avec plénitude des droits pour tous les résidents, réfugiés, migrants et peuples indigènes. Une communauté qui respecte les droits des individus et les principes de l’autodétermination, les droits des femmes, les droits sociaux et syndicaux aussi bien que ceux des minorités et qui respecte les différences ethniques, sexuelles et autres.

Ce qui paraissait encore hier invraisemblable devient une réalité, l’Europe, en cette fin de deuxième millénaire, a une chance de devenir un espace de paix, de bien-être, de dignité humaine et de solidarité avec tout le reste du monde.

Nous appelons tous les individus, groupes et institutions, soutenant les valeurs et les buts que nous venons de mentionner, à participer aux travaux de l’Assemblée.

La première Assemblée se tiendra à Prague du 19 au 21 octobre 1990. Elle se réunira dans la capitale d’un pays où, voici vingt ans, l’un des commencements les plus significatifs du « printemps des peuples d’Europe » fut brutalement interrompu.

21ter, rue Voltaire 75011 Paris - France | aec@reseau-ipam.org