Reseau IPAM AEC France Aitec Amorces Cedetim Cedidelp Echanges et Partenariats
  
logo du cedetim

Index des Auteurs

Plan du site

Accueil > Thèmes et Chantiers > Cercle Migrations et libertés (CMIL)

Tous Unie(s) Contre Une Immigration Jetable
le 11 mai 2006

MANIFESTATION NATIONALE
Samedi 13 mai 2006
à partir de 15h00 - République
Signer la pétition contre ce projet de loi : www.contreimmigrationjetable.org


Samedi 13 mai 2006

à partir de 15h00 - République

MANIFESTATION NATIONALE Tous Unie(s) Contre Une Immigration Jetable
Signer la pétition contre ce projet de loi : www.contreimmigrationjetable.org

Parce qu’il n’existe pas d’êtres sous-humains, la manif nationale du samedi 13 mai à Paris est déterminante.
Le 29 avril, 15 000 manifestants à Paris et plusieurs milliers d’autres à Amiens, Avignon, Bordeaux, Caen, Clermont-Ferrand, Colmar, Grenoble, Limoges, Marseille, Metz, Nancy, Poitiers, Rennes, Strasbourg, Tours. Ailleurs aussi sans doute.

Après le CNE et le CPE, le gouvernement poursuit sa marche forcée vers la précarisation et l’inégalité des chances.
C’est le tour des étrangers. Des rafles massives à la couleur de la peau se multiplient partout en France ; une circulaire scandaleuse du 21 février dernier sur les conditions d’interpellation détaille les moyens de piéger les sans-papiers. Une loi sur la validité du mariage multiplie les obstacles aux mariages entre Français et étrangers. Le ministre de l’intérieur ne craint pas d’épouser les propos xénophobes de l’extrême droite stigmatisant les migrants. Le terrain est ainsi préparé pour faire passer ce nouveau projet de loi « relatif à l’immigration et à l’intégration ».
Derrière l’« immigration utile » se cache une conception archaïque de l’humanité selon laquelle certains êtres humains sont, par nature, les outils des autres.
Derrière l’« immigration subie », se cache l’idée que ces êtres humains n’ont pas de droits par eux-mêmes, que leur vie familiale, leur vie privée, leurs besoins de protection sont négligeables s’ils ne sont pas utiles à la prospérité de la France.

Si ce projet de loi était accepté :

  • la France deviendra un pays où les étrangers qualifiés de « subis » se verront refuser le droit à mener une vie familiale normale et au respect de la vie privée ;
  • la France deviendra un pays où les étrangers seront des outils de la prospérité nationale sélectionnés selon leurs compétences ou selon les besoins provisoires de l’économie et jetables après usage ;
  • les sans-papiers seront condamnés à la clandestinité à vie puisque le projet de loi supprime la régularisation des sans-papiers au bout de dix ans de présence en France ;
  • le travailleur migrant jetable sera souvent au mieux en situation marginale au regard droit du travail, au pire exclu ;
  • l’accès au séjour dépendra du bon vouloir du préfet ;
  • l’accès à un titre de séjour de longue durée, condition de l’intégration, sera soumis à des conditions inaccessibles en situation instable.

Comme le CPE, ce projet de loi :

  • enfreint les droits fondamentaux et les principes constitutionnels
  • ouvre la voie à un projet de société précaire pour tous
  • doit être retiré

POUR LE RETRAIT DU PROJET DE LOI SUR L’IMMIGRATION

Cf pour en savoir plus : http://www.gisti.org/doc/actions/2006/ceseda/uni_com_04-25.html




Autres Articles
Contribution de Mireille Fanon-Mendès-France lors d’une conférence sur les fondements et enjeux du racisme.
Par Mireille Fanon-Mendès-France le 23 août 2013

Le 18 mars 1996, 350 personnes (hommes, femmes et enfants) en situation irrégulière qu’on surnommera bientôt les sans-papiers de Saint - Bernard, décidaient de sortir de l’ombre en occupant notamment l’Eglise Saint-Ambroise, le Gymnase Japy, les Locaux syndicaux de SUD PTT, la Cartoucherie de Vincennes, les Entrepôts SNCF rue Pajol pour arriver à l’occupation de l’Eglise Saint-Bernard.
Le 23 août 1996, la police évacue l’Eglise Saint-Bernard en défonçant à coups de hache la porte de l’ église pour (...)
le 19 août 2013

« si nous voulons changer la réalité – et il est urgent de la changer – nous devons nous aussi changer les représentations, et pour cela changer les mots qui leur donnent corps. »
Par Emmanuel Terray le 27 février 2013

Qui ? LE COLLECTIF DROIT DE VOTE 2014 a été lancé en décembre 2012. A ce jour, il regroupe une centaine d’organisations[i] : associations, syndicats et partis politiques. Parmi les associations, on trouve la plupart des associations antiracistes et de défense des droits, les associations issues de l’immigration et des grands mouvements d’Education populaire. Toutes les grandes confédérations et organisations syndicales sont également partie prenantes.
Quoi ? Une campagne pour élargir le suffrage universel et oxygéner la démocratie par l’affirmation de la citoyenneté de résidence et des principes républicains d’égalité des droits et de lutte contre la xénophobie.
le 10 janvier 2013

Les altermondialistes maghrébins, réunis ce week-end à Oujda, ont appelé vivement à un autre Maghreb, épris de valeurs démocratiques, de justice sociale et de liberté. Lors de cette deuxième édition du Forum social maghrébin, plus de 400 personnes ont mis l’accent sur le coût politique, économique, culturel, social et même psychologique du non-Maghreb.
le 9 octobre 2012

Par ce texte, les organisations membres de la Plateforme 12 ont appelé à un rassemblement de solidarité le 17 octobre dernier.
le 5 octobre 2012




Liaison RSS Ecrire au webmaster CEDETIM 21ter, rue Voltaire 75011 Paris, France - 01 43 71 62 12 -  cedetim@reseau-ipam.org  -  http://www.cedetim.org  sous SPIP 3.0.16